Catégorie : La Presse en parle

La Croix – « Ma peinture est une façon de rendre hommage à mes parents »

« Je suis né en 1940 à Haguan en Corée du Sud que l’on appelle “le Pays du matin clair”. Durant mon enfance, j’ai connu l’occupation japonaise, la guerre des deux Corées, le communisme, les privations, mais la nature magnifique de ce pays m’inspire toujours. Notre père a élevé ses huit enfants selon la morale de Confucius. En plus de son métier, il exerçait l’art de la calligraphie, une tradition familiale qu’il m’a transmise avec ferveur et avec beaucoup d’exigence. La calligraphie est une manière de mettre le monde en valeur. Pour être un bon calligraphe, la beauté visuelle...

Lire la suite

Regard sur la beauté : Exposition à la Galerie Yoshii à Paris

Hommage au P. Albert Patfoort, théologien dominicain Propos recueillis par Séverine Jahan de Zenit  ROME, mercredi 21 mars 2012  – En hommage au Père Albert Patfoort, théologien dominicain âgé de 100 ans, le Père Kim En Joong, expose à la galerie Yoshii à Paris dans le 8ème arrondissement. Cette exposition inaugurée le 25 février dernier par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, se termine le 23 mars prochain. Les oeuvres non-figuratives du Père Kim, expriment le mystère d’une vie en Dieu, présent bien au-delà de ses expositions. Le Père Patfoort lui-même témoigne, à propos de l’art de son confrère...

Lire la suite

Regard croisé sur l’Exposition  » Fra Angelico et les Maîtres de la Lumière »

Entretien avec le Père Kim En Joong, O.P. Propos recueillis par Séverine Jahan de Zénit ROME, mardi 6 décembre 2011 – Le musée Jacquemart-André, à Paris permet d’admirer de façon exceptionnelle des mystères peints par le bienheureux Fra Angelico – Jean de Fiesole (1400-1455) –, jusqu’au 16 janvier prochain grâce à l’exposition intitulée « Fra Angelico et les maîtres de la lumière » : une visite que le P. Kim En Joong fait goûter à l’avance aux lecteurs de Zenit (En effet, contemplatifs autant que peintres, Dominicains de l’Ordre des Prêcheurs, Fra Angelico, au XVe siècle, et Kim En Joong, au XXIe siècle, révèlent leur profonde amitié avec Dieu en faisant jaillir dans leurs œuvres la couleur et la lumière du mystère contemplé. Pourtant, si ce parfait accord de l’idéal dominicain les réunit par la contemplation et la prédication, leurs peintures inspirées ont peu de chose en commun. Fra Angelico déclenche la vénération par la mystérieuse présence de ses personnages, par la beauté de ses visages, par le langage silencieux de ses récits bibliques. Quant à Kim En Joong, artiste non-figuratif d’origine coréenne, il témoigne d’une lumière qui a atteint son cœur et illuminé sa vie, notamment dans la création de vitraux où visible et invisible tissent des rayons d’éternité : « Et la lumière fut » (Gn, 1, 4). Séverine Jahan l’a rencontré. Avec Fra Angelico, vous avez...

Lire la suite