Cézanne abstraction faite

48,00

Par Denis Coutagne

Editions du Cerf | Paru en Novembre 2011
310 x 230 x 25 | 320 pages | 1765 grammes | ISBN 978-2-204-09638-6

« Je vous dois la vérité en peinture et je vous la dirai. » Ces mots sont écrits par Cézanne au temps où il peint ses dernières Sainte-Victoire. D’aucuns ont voulu penser que ce dernier, resté fidèle à la figuration, n’avait osé franchir le seuil de l’abstraction que Malevitch, Mondrian ou Kandinsky allaient dépasser, désignant un monde nouveau.

De quelle annonciation alors la peinture voulait-elle être le signe dans un temps où, selon le mot de Hölderlin, les dieux « se détournaient de l’Homme » ?

Loin des « Annonciations » du Moyen Âge, de la Renaissance et de l’époque baroque, de quel mystère la peinture pouvait-elle être encore témoin à l’époque où Baudelaire demandait au peintre de la vie moderne de décrypter dans le présent la trace d’un idéal perdu, et celle où Nietzsche décrivait le Crépuscule des Idoles ?
De fait, s’enchaînait un processus pictural, parti du néoclassicisme… jusqu’à l’abstraction, laquelle permettait de nouvelles expressions figuratives de l’Homme, loin de toute référence à Celui que précisément l’Annonciation désignait dans une tradition séculaire : le Christ incarné comme parfaite Image du Père.

Cézanne s’inscrit dans ce parcours comme un maillon au même titre que Van Gogh, Gauguin ou Monet, mais plus que cela, il reste « notre père à tous » selon un mot de Picasso. Mieux encore « le bon dieu de la peinture » selon Matisse.

Certes, il est le peintre qui ouvre les voies de l’abstraction ; mais, par-delà l’abstraction, il refonde la peinture en la définissant comme une « réalisation » : celle de l’infigurable à nouveau figuré ?

Table des Matières

Note de l’auteur 9
SÉQUENCE I – L’IMAGE ANNONCÉE

La salutation angélique

11

L’économie de l’image

25
SÉQUENCE II – L’HISTOIRE DÉNONCÉE

David ou l’Histoire en peinture

33

Ingres ou la peinture en Histoire

39
SÉQUENCE III – L’IMAGE EN FUITE

Granet, l’effacement de Rome

53

Géricault, naufrage et désertion

67

Baudelaire, la figure du présent

81
SÉQUENCE IV – L’ATELIER DU PEINTRE

Courbet, la peinture en jugement

89

Monet, l’image cathédrale

103
SÉQUENCE V – LES PAYS LOINTAINS

Van Gogh, la peinture comme rédemption

121

Gauguin, le paradis perdu

143
SÉQUENCE VI – LA VÉRITÉ EN PEINTURE

Cézanne : « donner l’image… »

165

Rilke : « l’humble et colossal Cézanne »

201
SÉQUENCE VII – LES MAÎTRES DE L’ABSTRACTION

Les figures de l’abstraction

211

Kandinsky, l’abstraction lyrique

225

Mondrian, l’abstraction formelle

235

Malevitch, l’abstraction suprême

245
SÉQUENCE VIII – LA VOLONTÉ FIGURATIVE

Picasso, la peinture en souffrance

259

Matisse, le bonheur de l’image

279
ENVOI – L’IMAGE SAUVEGARDÉE

Le Christ de Rouault

305
Table des illustrations 313
Crédits photographiques 315
Consulter Extrait
UGS : 824 Catégorie :

Détails

Informations complémentaires

Poids 1765 g
Dimensions 310 × 230 × 2.5 cm
Pages

320

Éditeur

Editions du Cerf

ISBN

978-2-204-09638-6