La rencontre de l’académicien et de l’artiste eut lieu à la fin d’année 2008.

© Laure T. de Clermont-Tonnerre

Première rencontre pour la genèse du livre  » Vraie lumière née de vraie nuit «   : 8 lithographies de Kim  En Joong accompagnent 24 poèmes de François Cheng.

Depuis, une amitié lient ces deux  » artistes « , qui ont suivit la même route. L’héritage de l’Orient et les difficultés du passage à l’Occident.

Pour le catalogue de l’exposition  » Lumière «  à la Galerie Chave à Vence, Francois Cheng lui dédit ce poème

 


A Kim En Joong

Ce trait de feu
qui soudain déchire l’espace,
Lorsque a lieu la rencontre,
D’emblée nous le reconnaissons
comme notre commune origine.

Ce trait de feu
et ce qui s’ensuit,
Jaillis du vide où circule
et se régénère le pur souffle,
D’emblée nous nous les reconnaissons,

Lorsque a lieu la rencontre :
Sentier millénaire surgi de la brume,
Feuilles de lotus assoiffées de rosées,
Vol d’une grue échappée de la morte-saison
que portent au loin les vagues de 
Eclair de bleu,

Eclaircie de jaune,
Eclaboussures de cendres noires,
D’un coup ravivés par la mémoire,
Nous qui venons de si loin,
Nous qui tendons vers l’ouvert,
Toutes peines au creux de la paume,
et toutes joies entre les doigts,
Matin d’un pays ressurgi,
Matin du monde revécu,

 

Toute vraie rencontre se révèle,
éternelles retrouvailles !

François Cheng